ITW fait la part belle à la sécurité sanitaire

Il est des questions de santé publique dont le champ d’application va bien au-delà du seul cadre médical. Les dangers susceptibles d’affecter la santé des personnes concernent en effet de nombreux secteurs. Parmi eux, l’industrie agroalimentaire. Si la maîtrise des risques sanitaires est une exigence propre à la société moderne, elle l’est encore plus lorsqu’il s’agit du rapport aux denrées alimentaires.

Évoluer oui, mais à quel prix ?

Denrées alimentairesC’est un adage bien connu : « Ce n’est pas la quantité qui compte, mais la qualité ». Les entreprises agroalimentaires ont pourtant misé sur la production de masse en faisant de plus en plus systématiquement l’impasse sur des critères qualitatifs essentiels. Au nom d’objectifs à remplir et de contrats de distribution à honorer, elles ont développé des systèmes de production tournant à plein régime, les tapis s’emplissant à vue d’œil et les envois aux quatre coins du monde s’enchaînant à tours de bras…

Les entreprises partisanes de ce mode de production ne se sont guère souciées de la santé de leurs consommateurs finaux. Ce qui importait jusqu’alors, c’était le remplissage des palettes à grande vitesse. A n’importe quel prix. La confection de plats cuisinés riches en goût, la mise sous vide de jambon rose bonbon (sinon rien), le remplissage de conserves à faible teneur calorique étaient autant d’occasions de faire ronfler le moteur des chaînes de production. Les usines ont fait le choix de la quantité au détriment de la qualité. Elles ont préféré faire un compromis sur le résultat de leur travail plutôt que sur les conditions dans lesquelles elles le réalisaient.

Les entreprises ont progressivement pris conscience de leur erreur et ont initié une nouvelle stratégie visant à proposer des biens viables et de qualité aux consommateurs. D’abord pour gagner en crédibilité, mais aussi et surtout pour agir en conformité avec les dispositions réglementaires établies.

Reprendre les choses en mains

La qualité sanitaire des aliments a fait beaucoup de mal à la confiance qu’accordaient les consommateurs aux industries du secteur. De nombreux scandales ont éclaté à la fin des années 90, levant le voile sur des pratiques inconcevables en termes de santé publique. Cette dérive de l’industrie alimentaire a eu pour effet de valoriser les cycles courts. Les consommateurs vont aujourd’hui jusqu’à s’approvisionner directement chez les petits producteurs. Une bien belle initiative pour le quidam, mais malheureusement utopique pour les grandes structures.

Fraises sur chaîne de production

Pour pallier un défaut de rigueur trop souvent constaté, les instances juridiques ont jugé bon de mieux réglementer le secteur. De nouvelles normes ont vu le jour, et le traitement des denrées sur les chaînes alimentaires a nettement gagné en qualité.

La norme sur la sécurité sanitaire préconise notamment un contrôle renforcé des chaînes de production, de façon à ce qu’à chaque étape de la transformation du produit, le risque alimentaire soit minimal. L’objectif pour les entreprises du secteur ? Une qualité hygiénique irréprochable, du champ jusqu’à l’assiette. Elles peuvent pour ce faire compter sur les dispositions du « paquet hygiène » qui définit les bonnes pratiques de l’agroalimentaire, depuis la production jusqu’à la consommation.

Au fil des évolutions réglementaires inhérentes à la qualité sanitaire, le système de production européen est devenu l’un des plus stricts au monde.

« La confiance n’exclut pas le contrôle »

La tendance s’est inversée. Si auparavant il pouvait être dangereux de confier la production de masse à des machines, les avancées techniques et réglementaires en ont fait des alliés désormais fiables et garants d’une bonne rapidité d’exécution. La marge d’erreur quant à la qualité des produits issus des chaînes de production provient aujourd’hui des opérateurs eux-mêmes. Ceux qui encadrent l’activité peuvent en effet adopter des comportements contraires aux bonnes pratiques et compromettre ainsi la qualité des denrées. Leur propension à utiliser des équipements de protection individuelle et l’attention dont ils font preuve à leur poste jouent un rôle capital. Les services après-vente de diverses marques de l’agroalimentaires recueillent de nombreux témoignages de clients finaux ayant fait des rencontres fortuites dans des boîtes de raviolis, briques de soupe et autres pots de fromage liquide.

Détecteur sur chaîne alimentaire

Un geste mal calculé suffit pour envoyer un objet, aussi petit soit-il, dans des cuves immenses. Dans ces cas-là, il est bien impossible de faire machine arrière. En bout de chaîne, les produits sont passés aux rayons X pour vérifier leur teneur. S’il est établi qu’aucun matériau indésirable n’est contenu, alors le produit poursuit sa route jusqu’au consommateur. Malheureusement, l’efficacité de ces dispositifs de contrôle se limite aux seules matières métalliques. Tout le reste passe à la trappe et échappe à la vigilance des instances sanitaires.

De plus en plus de produits, initialement conçus en des matériaux non-métalliques, intègrent une pièce en métal ou au moins un composant reconnu comme tel, qui leur permet d’être détectables en bout de chaîne de fabrication.

ITW, le bon élève

Lorsque les machines tournent à plein régime, il n’est pas question de relâcher la cadence. Perdre du temps, c’est perdre de l’argent, et pour toute entreprise qui se respecte, c’est tout bonnement inconcevable.

L’entretien du parc technique est un point clé pour quiconque souhaite garantir la fluidité de son système de production. Inutile d’attendre la panne, mieux vaut prendre les devants et donner un coup de lubrifiant dès les premiers signes de fatigue.

Les produits de la gamme Foodlube, spécialement développée par Rocol pour la maintenance industrielle, sont la solution idéale pour la lubrification des chaînes alimentaires. Les aérosols Foodlube sont conformes à la certification NSF et conviennent à ce titre pour un usage dans les usines de transformation des aliments. Ils répondent en outre aux exigences de la FDA (Food and Drug Administration) et aux dispositions de la norme ISO 21469 relatives à la sécurité alimentaire. Ces produits sont garants d’une meilleure performance des équipements et, par conséquent, d’une réduction des coûts liés à leur maintenance. Ils sont d’autant plus efficaces qu’ils tolèrent le contact alimentaire fortuit : l’ingestion de denrées ayant été accidentellement aspergées est garantie sans risque. Au-delà d’attributions techniques avérées quant à l’entretien des rouages mécaniques, les produits Foodlube participent aussi au maintien de conditions d’hygiène strictes sur les chaînes de production.Foodlube Detex

Or, comme pour tout ce qui peut être manipulé à proximité des chaînes et contenants des usines alimentaires, il existe un risque. S’il n’est pas fonction du contact du produit avec la denrée, il résulte plutôt de la chute accidentelle de pièces plastiques détachées de l’aérosol, du bidon ou de la cartouche utilisée. Un geste trop brusque ou simplement malheureux suffit à laisser échapper un bouchon au beau milieu des aliments, sans qu’il soit possible de le retirer dès l’instant où le dommage est constaté. Elaborés la plupart du temps en matériaux plastiques, les capuchons passent inaperçus au scanner et se fondent parmi les produits de fin de chaîne.

Pour remédier à ce problème et éviter tout ce qui s’ensuit, la marque ITW a développé une technologie novatrice (le système Detex) qui permet aux capots et diffuseurs de ses aérosols d’être reconnus lors de leur passage au scanner. Elle dote en effet les contenants de sa gamme Rocol de capots et diffuseurs assimilables à des contaminants métalliques, détectables en fin de parcours. Une fois identifiée comme élément étranger, la pièce est automatiquement retirée de la chaîne. La technologie Detex vient en réponse aux chutes accidentelles de diffuseurs et capuchons sur les chaînes de fabrication et évite une potentielle contamination des denrées. Elle aide les industries à réduire les coûts liés aux retraits de produits une fois mis sur le marché, et à conserver une image fiable aux yeux des consommateurs. La composition des bouchons est la garantie d’une reconnaissance par le détecteur ; leur coloris bleu, celle d’une reconnaissance par les utilisateurs. Choisir Detex, c’est allier performance et sécurité, pour la rentabilité des entreprises et la santé des consommateurs.

Si la qualité des aliments est un élément essentiel dans la stratégie des entreprises du secteur, c’est aussi un argument de poids dans le choix des consommateurs. Au-delà d’une origine saine et d’attributs nutritionnels satisfaisants, les aliments doivent être préparés selon des règles strictes, dans un cadre offrant une hygiène absolue. Le fil de la confiance est ténu, aux entreprises de rester sur la bonne voie pour remporter encore les suffrages des consommateurs.

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.